Collectionner et exposer des objets néerlandais liés à l’histoire sociale du VIH/SIDA

Le Mucem à Marseille organise du 15 décembre 2021 au 2 mai 2022 une exposition intitulée « VIH/sida. L’épidémie n’est pas finie ! ». Cette exposition est d’autant plus d’actualité que, récemment, un nouveau variant encore plus agressif du VIH a été découvert en Belgique et aux Pays-Bas. Cette manifestation valorise des objets et des documents consacrés au VIH/Sida collectés à partir des années 2000. Cette collection très étonnante, consultable en ligne sur le site du Musée, est constituée de plus de 12.000 objets – dont une collection de près de 800 préservatifs – issus de 49 pays d’Europe et de Méditerranée.  Les pays d’Europe du Nord ont également apporté une contribution non négligeable à ce fonds.

Florent Molle, conservateur du patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole et anciennement responsable des collections « Sport & santé »  du Mucem, ainsi que Françoise Loux, anthropologue, directrice de recherche honoraire au CNRS et Stéphane Abriol, anthropologue, ingénieur de recherche CNRS au CERLIS, nous racontent la genèse de leur travail de médiation et mettent en lumière la présence d’objets néerlandais au Mucem. Ils sont tous trois co-commissaires de l’exposition.

Le Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) à Marseille – Pixabay

Entretiens réalisés par Thomas Beaufils

Quelle est la genèse de l’exposition VIH/sida qui a lieu actuellement au Mucem ? 

Florent Molle : Nous pourrions identifier plusieurs genèses. La première se situe en 1993 lorsque le Ministère de la Culture a interrogé les différents musées nationaux, dont le MnATP [Musée national des Arts et Traditions Populaires], ancêtre du Mucem, sur les opérations qu’ils souhaitent mettre en place lors du 1er décembre, journée internationale de lutte contre le sida. Nous sommes alors en plein pic de contamination au VIH, en France. La demande a été faite au service de la communication du MnATP qui l’a relayée auprès de Françoise Loux, anthropologue spécialiste du corps et de la maladie et directrice adjointe du Centre d’Ethnologie Française [CEF]. Il est trop tard, pour les chercheurs et les conservateurs du MnATP-CEF, pour réaliser une action sérieuse, mais cette demande a permis de faire germer une réflexion concernant le rôle que devait jouer le MnATP en rapport avec l’épidémie de VIH. Dès 1994, le MnATP s’est rapproché de différentes associations de lutte contre le sida et notamment celle du « Patchwork des Noms » (Le Patchwork des Noms est un mémorial, composé de carrés textiles commémorant les morts du sida), qui répond présent et demande au MnATP d’organiser une cérémonie de déploiement de patchworks, qui sera réalisée dans le hall du MnATP en 1994.

Déploiement de patchworks – 2018.

Ce déploiement a été suivi de l’organisation d’un débat mis en place par un « groupe sida » informel au sein du Musée. C’est à ce moment que Françoise Loux, Stéphane Abriol et Christophe Broqua, alors documentaliste au CRIPS Ile-de-France [Centre régional d’information et de prévention du sida], se rencontrent.  Ensemble, ils décident d’organiser, chaque année, une journée d’études chaque premier décembre sur le thème de la mémoire de l’épidémie et du rôle du Musée dans sa prise en compte. Lors de ces rencontres, intervenaient aux mêmes niveaux chercheurs et associatifs. C’est dans le cadre de ce séminaire que l’idée est née d’effectuer une collecte. L’émergence de cette réflexion coïncide avec l’arrivée de Michel Colardelle à la tête du Mucem en 1997. On peut alors évoquer une deuxième genèse puisque le nouveau directeur est chargé de mener à bien le projet d’édification d’un nouveau Musée, en élargissant le domaine géographique et chronologique du MnATP tout en ouvrant le Musée aux problématiques contemporaines. C’est dans le cadre de la constitution de ce projet de nouveau Musée qu’est réellement née l’enquête-collecte, « Histoire et mémoires des luttes contre le sida ». Alors que le Musée s’interroge sur son avenir, l’arrivée de Michel Colardelle permet d’intégrer le projet d’une collecte dans le projet plus vaste d’un nouveau Musée.

Picture of the AIDS quilt in front of the Washington Monument – National Institutes of Health.

La collecte a été réalisée entre 2002 et 2006, par Françoise Loux et Stéphane Abriol. Elle se voulait comparative et a été menée sur tout le pourtour euro-méditerranéen, permettant de collecter près de 12000 items (banderoles, affiches, tracts, etc.). L’enquête-collecte se termine en 2006. Michel Colardelle quitte ses fonctions en 2008 et c’est une phase d’incertitude qui démarre pour la collecte. Françoise Loux et Stéphane Abriol ne savent pas ce que deviendront les objets collectés.

La troisième genèse peut être située en 2013, lorsque le Mucem ouvre ses portes et que la direction scientifique et des collections ouvre un poste de conservateur responsable du fonds “sport et santé” qui prend en charge cette collection. Dès 2013 également, des acteurs de la lutte contre le sida commencent à prendre contact avec moi pour mettre en place des dons d’importance. Je pense à Tom Craig, photographe militant qui donne en 2013 toute sa collection de plus de 3000 diapositives consacrées à l’histoire militante d’Act Up-Paris, mais également au collectif « Les balayeuses archivistiques LGBT » qui hérita des objets militants d’Act Up-Paris avant de les donner au Mucem.

“Lutter contre le VIH/sida”. Photo © Grégoire Edouard / Mucem

Puis la dernière genèse, c’est 2015, date à laquelle commence réellement le travail de conception de l’exposition “VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie !”. Dès cette date, je sollicite les acteurs de la constitution de la collection, Françoise Loux et Stéphane Abriol pour réfléchir au projet, puis Christophe Broqua, devenu chercheur au CNRS. Vincent Douris, chargé de recherches opérationnelles à Sidaction, Sandrine Musso, maîtresse de conférences à l’EHESS/Centre Norbert Elias, puis Renaud Chantraine, alors doctorant participent également au projet. Caroline Chenu, chargée de recherches et de collections au Mucem nous rejoindra par la suite. Ensemble, nous constituons un commissariat et nous nous associons à un « comité de suivi », un collectif de personnes concernées à différents titres par l’épidémie, qui nous accompagnera tout au long de la conception du projet.

Quels sont les enjeux de l’exposition ? Est-ce la première du genre en Europe ?

Florent Molle : L’ambition de l’exposition est de proposer une histoire sociale et politique du VIH/sida, principalement en France, mais plus largement en Europe, avec des incursions aux États-Unis et en Afrique notamment. Il y a eu plusieurs expositions en Europe sur ce thème : “No Name fever : Aids in the age of globalization” au Museum of World Culture à Göteborg en 2005 ; “Sida : une lutte en image” au Musée de la Croix-Rouge à Genève en 2017-2018 ; “United by aids” en 2019 au Migros Museum à Zurich mais également “Problem gelöst? Geschichte(n) eines Virus” en 2019 à la Shedhalle, toujours à Zürich, qui était une exposition très aboutie. Récemment, le Deutsche Medizinhistorische Museum Ingolstadt a ouvert une exposition intitulée “In the Name of Love! AIDS-Gedenktücher als Zeichen von Trauer und Protest“.

Mais il faudrait faire une histoire des expositions dédiées au VIH…. “Ecstatic antobodies : Resisting the AIDS Mythology“, organisée en 1990 en Grande-Bretagne semble être une exposition pionnière… En France Antoine Idier dans son petit livre sur Journiac “Pureté et impureté de l’art. Michel Journiac et le sida” chez Sombres Torrents évoque le travail d’artistes comme Yann Beauvais, Journiac dans les années 90 en France qui ont produit des œuvres et qui les ont exposées. On a tendance à oublier la production des artistes français dans les années 90, au détriment des collectifs américains comme Gran Fury ou General Idea qui étaient connectés au monde activiste, mais de nombreux artistes se sont exprimés sur le sujet. Dans l’exposition, on évoque le travail de Bruno Pélassy notamment, mais également d’Aurèle Lostdog…

Exposition VIH/Sida au Mucem. Photo © Grégoire Edouard / Mucem

Les pays d’Europe du Nord ont-ils une manière différente d’appréhender et d’exposer cette maladie ?

Florent Molle : Je ne saurai répondre à cette question. Ce que je peux dire c’est que les Néerlandais engagés dans la lutte contre le sida semble avoir un autre rapport à la mémoire et à la patrimonialisation. Ainsi, en 2018, la fondation néerlandaise du « Patchwork des noms » a souhaité donner un patchwork ou « quilt »au Mucem. En novembre 2012, cette fondation, la “Stichting NAMEN project Nederland” a lancé le projet de muséalisation participative des patchworks néerlandais. Après avoir organisé une master-class à la Reinwardt Academie [université des sciences appliquées qui forme des étudiants dans le domaine du patrimoine et de la conservation], il a été noté le fait – contrairement à d’autres pays comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Suède (suivis par la Belgique et l’Espagne) – qu’aucun musée néerlandais ne prendrait la totalité des 30 blocs de patchwork de la fondation dans sa collection. La fondation a donc cherché à déposer l’intégralité de son fonds dans divers pays européens. En mai 2021, le dernier des 30 blocs du patchwork néerlandais a trouvé un nouveau foyer au Deutsche Medizinhistorische Museum Ingolstadt. Ainsi la fondation a réalisé la dispersion de ses 30 « quilts » dans 20 musées et archives différents dans 5 pays et a finalement augmenté considérablement les chances que les “patchworks du sida” soient vus par un public plus large.

En France, l’association du « Patchwork des noms » a été l’une des premières à manifester son intérêt dans la collaboration avec le MnATP. Dès cette époque, l’association avait prévu de déposer tous les patchworks français dans les collections du MnATP, une fois que l’épidémie serait terminée. Jean-Michel Gognet, l’actuel président l’a notamment rappelé lorsque le Mucem a organisé un déploiement en 2019.  Ce serait un beau symbole. Mais cela traduit encore l’idée que le musée ne conserve que des mémoires figées, qui n’ont plus d’utilité sociale. Or c’est tout le contraire que nous avons essayé d’expérimenter. Les Néerlandais ont peut-être compris que le Musée peut continuer à visibiliser et réactiver cette mémoire, dans un registre différent de celui des associations militantes…

Dispositif audiovisuel de conclusion de l’exposition « Lutter encore », réalisation Pierre Giner. Photo © Grégoire Edouard / Mucem

 Avez-vous été en contact avec des “communautés-sources” d’Europe du Nord pour l’organisation de l’exposition ?

Florent Molle : Oui, nous sommes rentrés en contact avec la fondation néerlandaise du « Projet des noms ». Le Projet des noms est un mouvement planétaire. Il se manifeste par la réalisation de panneaux textiles, qui mesurent tous 3,8m x 3,8m et qui sont tous composés de 8 panneaux, cousus ensemble, qui mesurent tous 1,8 x 0.9m, les dimensions d’un cercueil. Chaque panneau est réalisé puis cousu par un membre de l’entourage d’une personne décédée des suites du sida. Il vise à commémorer une personne morte des suites du VIH, en la nommant. 

Plus largement, nous avons réalisé cette exposition avec un « comité de suivi », une quarantaine de personnes, concernées à différents titres par la maladie (personnes vivant avec le VIH, chercheurs, associatifs, militants, artistes) qui ont pleinement participé à la conception du projet. Ce groupe était français et principalement local, mais nous pouvons dire que plusieurs associations européennes ont indirectement participé au processus, notamment par le biais de la collecte. 

Le Mucem possède désormais le Bloc 23 du mémorial néerlandais du patchwork des noms”. De quoi s’agit-il ? Comment ce patchwork s’est-il retrouvé dans les collections du Musée ?

Florent Molle : J’ai rencontré des membres de la fondation néerlandaise, notamment Jörn Wolters et Stefan Silvestri en 2018, en marge de la 22ème conférence internationale sur le sida qui s’est tenue à Amsterdam. J’ai raconté cela dans un billet du blog scientifique du Mucem. J’ai également réalisé un entretien avec Jörn Wolters, publié dans le catalogue de l’exposition, où tout est raconté. Mais globalement les choses se sont faites naturellement : la fondation cherchait un lieu de conservation et le Mucem est intéressé par la conservation des formes matérielles de la lutte contre le VIH/sida.

Catalogue de l’exposition

Quelles sont les problématiques spécifiques en termes de conservation de ce type d’objets ?

Florent Molle : La fondation a souhaité associer plusieurs conditions à son don. Elle a notamment demandé à ce que le Mucem organise une cérémonie de déploiement, ce qui a été réalisé en 2019. Elle a également demandé la possibilité pour les concepteurs de chaque panneau d’accéder lorsqu’elles le souhaitaient au bloc et de pouvoir toucher, sans gants, les panneaux qu’ils avaient réalisés. Cela me semble tout à fait justifié, lorsqu’on mesure la charge symbolique et émotionnelle d’un tel objet. Yves le Fur, alors membre de la commission des acquisitions du Mucem rappelait la force rituelle d’un tel objet et le comparait à des œuvres rituelles océaniennes.

Si vous pouviez imaginer une suite à cette exposition, comment la verriez-vous ?

Florent Molle : L’exposition doit maintenant vivre d’elle-même. C’est aux visiteurs de la faire vivre et de la faire connaître. Les médias ont salué l’importance du sujet, de cette mémoire et de cette exposition. La “Nuit des idées” organisée le 27 janvier au Mucem a permis de prolonger la réflexion…

***

Françoise Loux et Stéphane Abriol ont été responsables de la campagne d’acquisition intitulée « Histoire et Mémoires du sida » qui a eu lieu de 2002 à 2006 et ont tous deux réalisé la collecte d’objets liés à l’histoire sociale du VIH/SIDA. Ils se sont en particulier rendus aux Pays-Bas. Ils nous racontent dans les lignes qui suivent cette expérience et le résultat de ce travail.

Affiches waarschuwen vakantieganger in Amsterdam tegen Aids (bij CS) – 1988 – Fotograaf : Bogaerts, Rob / Anefo – Nationaal Archief, CC0

 

Le Mucem possède dans ses collections de nombreux objets liés au VIH/sida, pourriez-vous nous en expliquer la raison ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : Un premier ensemble d’objets (plus de 12.000) provient de la campagne d’acquisition « Histoire et mémoires du sida » menée en France, en Europe et au sud de la Méditerranée entre 2002 et 2006. Cette campagne a débuté au Musée national des Arts et Traditions Populaires de Paris, dans le cadre de l’établissement, par son directeur, Michel Colardelle, d’un nouveau projet, étendant le domaine géographique du musée (qui deviendra le Mucem de Marseille) et élargissant sa thématique aux grands problèmes du contemporain. Le sida en est un révélateur et permet d’aborder de façon large des questions comme la sexualité, le rapport au corps, les discours de la prévention etc.… Les objets créés, en particulier par les malades et les associations, étaient nombreux, mais fragiles. Il est apparu important que le musée en conserve la mémoire, d’autant plus que cela correspondait au vœu de Georges-Henri Rivière, le fondateur du MnATP qui était de « donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. » La collecte fut précédée par une série de journées d’étude entre chercheurs, associatifs, malades, soignants sur les thèmes du deuil et de la mémoire, suivie par un numéro spécial de la revue Ethnologie Française sur ces thèmes.

Quelles ont été vos méthodes de collecte et quelles ont été vos priorités ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : Rappelons-le, la collecte s’est arrêtée en 2006. Un certain nombre d’objets sont postérieurs à cette date car nos contacts ont continué à nous en envoyer. Nous avons d’abord sélectionné des pays dans lesquels nous rendrions directement visite en les différenciant selon un certain nombre de critères essentiellement de type épidémiologique, les autres pays étant joints par internet, notre collecte ayant des visées comparatives. Nous avons ensuite fait une liste des associations et institutions de chaque pays et nous leur avons envoyé une lettre expliquant notre projet et leur demandant s’il leur serait possible de nous remettre des objets représentatifs de leurs actions. Nous voulions ainsi privilégier la parole des personnes concernées. Nous avons rendu visite à 42 associations ou institutions dans 6 pays (Allemagne, Belgique, Grande Bretagne, Pays Bas, Suède, Suisse) et contacté par internet : 18 associations ou institutions dans six autres pays (Autriche, Danemark, Irlande, Islande, Luxembourg, Norvège).

Pourriez-vous caractériser ces objets et ces documents provenant d’Europe du Nord ? Quels sont vos favoris ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : À l’intérieur du cadre large que nous avons pris pour définir l’Europe du Nord, nous nous sommes intéressés en particulier aux Pays Bas. Nous y avons été à plusieurs reprises et collecté de nombreux objets et documents (734) provenant de nombreuses associations et institutions (15). Plusieurs dimensions nous sont apparues particulièrement développées aux Pays-Bas. En voici les principales :

Vivre avec » le VIH

Les conseils donnés aux personnes séropositives pour leur vie quotidienne ont une importance qui se manifeste dans l’existence de revues illustrées qui, à l’époque de la collecte, semblent plus nombreuses que dans d’autres pays d’Europe. C’est le cas des documents provenant de la HIV Vereniging Amsterdam. C’est une grosse association qui fonctionne avec environ 300 volontaires. Elle existe depuis 18 ans. Son objectif est de s’adresser aux personnes séropositives. Elle édite la revue « Plus> » (appelée autrefois « HIVniews (HIV News)»), ainsi qu’un site web d’information. Une ligne téléphonique a la particularité d’être tenue par des personnes elles-mêmes séropositives.

L’association édite aussi, en plusieurs langues, des brochures et dépliants de conseils pour les personnes séropositives, comme « Choisir pour la trithérapie ? » (en français, anglais, espagnol) ou « Vivre / Votre vie avec le VIH» (en français, anglais, espagnol, portugais). Il existe aussi un service social et des groupes de parole qualifiés de « linguistiques » car ils permettent à des personnes partageant la même langue de se rencontrer ; un dîner par semaine (HIV café) permet une convivialité plus large. En mai, l’association participe à l‘Aids memorial Day qui consiste généralement en une cérémonie dans une église, avec de la musique, des bougies, des témoignages, un déploiement du « quilt » [patchwork], et un lâcher de ballons sur le canal devant l’église.

Kaarsen voor overleden Aids-patient tijdens AIDS Memorial Day in Amsterdam – 1987 – AIDS Memorial Day – Fotograaf : Molendijk, Bart / Anefo – Nationaal Archief, CC0

Cette attention particulière aux personnes vivant avec le virus se marque aussi dans le fait qu’Amsterdam est le siège du Global Network of People Living with HIV/AIDS (GNP +). Il n’y a pas dans tous les pays, y compris en France, des associations adressées spécifiquement à ces personnes. Ce réseau est aussi représentatif de la volonté des malades d’être constamment associés aux débats et aux décisions, y compris au niveau scientifique des Conférences internationales. Ce réseau relie des associations qui se donnent comme caractéristique d’être composées en majorité de malades ou en tout cas de leur donner majoritairement la parole. Il organise tous les deux ans des conférences internationales. En fait, le réseau semble beaucoup plus vivant dans les pays pauvres où il essaye d’aider les malades à sortir de l’isolement et à prendre la parole, même si le siège du secrétariat de l’association est à Amsterdam.

Santé sexuelle, santé reproductive

Une spécificité des associations des Pays-Bas nous a semblé inclure très tôt les questions relatives au VIH dans la question plus large de la santé sexuelle et reproductive, en particulier par rapport aux IST. Sur son site, la SOA AIDS Nederland (Dutch Foundation for STI and AIDS Control) se définit comme le « centre d’expertise néerlandais » en ce qui concerne les Infections Sexuellement Transmissibles et le sida En effet, à l’époque de la collecte, malgré la diminution des contaminations VIH, on observait une reprise aux Pays-Bas, comme dans d’autres pays européens, des IST. L’association a été chargée par le Ministère de la Santé néerlandais de publier un rapport sur la situation aux Pays-Bas, intitulé : « A delicate balance. The state of affairs of HIV and other STI’s in the Netherlands ». L’association a aussi un rôle de prévention généraliste auprès des jeunes et du grand public et  prône la sexualité sans risques et l’usage du préservatif . Elle est  aussi partenaire de « AIDS Fund » qui finance des actions au niveau international.

La fondation Schörer, qui a fait faillite en 2006,  se définissait comme un « centre d’expertise pour la santé des gays et des lesbiennes ». Le sida est ainsi pris dans le sens le plus global de « santé » gaie, aussi bien physique que morale. À Amsterdam, c’est elle qui, à la demande de la municipalité, était responsable des campagnes de prévention sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en direction de la population homosexuelle. Pendant plus d’une vingtaine d’années, elle a mené un « buddy programme » (soutien et accompagnement individuel par un volontaire), auprès des personnes malades du sida. Depuis l’arrivée des trithérapies, elle a élargi ce soutien aux gays et aux lesbiennes atteints d’autres maladies graves ou handicaps, ou âgés et souffrant d’isolement social. L’association a publié deux revues : Bodyguard et Schörermagazine.

L’association  Empowerment Lifestyle Services, même si ses actions ne sont pas directement liées au sida.est pourtant mentionnée dans les répertoires au titre des associations de lutte contre le sida. Elle milite pour la défense des droits des jeunes homosexuels et la promotion de la tolérance dans les écoles.

Le réseau Share-Net (Netherland network on social and reproductive health and AIDS) est plutôt concerné par la santé des femmes et se situe également au niveau des pays en développement. Le réseau, né fin 1990 et dépendant alors du « Tropical Institute » a pris son indépendance en 2002. Il est concerné prioritairement par les questions de santé sociale et reproductive en relation avec le sida, c’est à dire essentiellement la santé des femmes. Son objectif est d’insister auprès des institutions et associations pour élargir les messages de prévention aux questions de genre et de santé sexuelle et de diffuser régulièrement de l’information sur ces thèmes. L’association, engagée sur la question des droits humains concernant la femme, rencontre la question du sida plus particulièrement en Afrique, à propos des violences conjugales.

À propos de la santé sexuelle des femmes, il sera question plus bas du Koninklijk Instituut Voor de Tropen (K.I.T.) qui agit essentiellement au niveau international.

Lancement de la campagne nationale de sensibilisation à l’usage du préservatif pour se protéger du SIDA à La Haye. Il est inscrit sur les pancartes : “Sonja les utilise”; “André les utilise” ; Coutinko, Moerke van Spanje , mevr. Paakman – Fotograaf : Molendijk, Bart / Anefo – Nationaal Archief, CC0

Prévention ciblée

Il semblerait, mais cela doit être vérifié, que se soient développés aux Pays Bas des modes d’action spécifiques pour tel ou tel type de population, de façon plus précoce que dans d’autres pays.

Le travail du sexe : Il s’agit essentiellement d’associations travaillant en réseau avec d’autres pays européens et ayant un travail de recherche sur des méthodologies spécifiques. L’association  European Network for Male Prostitution (Stichting AMOC) a été fondée en 1978. Au départ, elle était concernée par les migrations d’usagers de drogue venant d’Allemagne. Ils se prostituaient souvent, ce qui a conduit l’association à étendre son champ d’action aux travailleurs du sexe migrants, puis aux travailleurs du sexe qui étaient souvent gays et utilisateurs de drogues. Au début des années 80, est arrivée une nouvelle vague de travailleurs du sexe venant des pays de l’Est, non nécessairement utilisateurs de drogue. Ils sont souvent très jeunes, sans papiers et n’ont aucune connaissance sur le sida. Depuis 1997, l’association coordonne un réseau sur la prostitution masculine.

Dans le local de l’association il y a un abri de nuit et une salle de « drop in ». L’association fait par ailleurs du travail de terrain à l’extérieur avec un bus. L’association fonctionne en réseau avec 7 autres pays européens sur un projet concernant les « usagers de drogues nomades ». Cette appellation d’ « usagers de drogue nomades » met l’accent sur la mobilité de ces jeunes, à laquelle répondent des livrets qui ont directement pour thème cette mobilité tout en concernant essentiellement des travailleurs du sexe Les conseils relatifs au sida (informations de base, dépistage, usage du préservatif, seringue unique) figurent souvent au milieu d’autres conseils de santé ou d’ordre social (liste d’abris de nuit) ou juridiques.

Le réseau TAMPEP International Foundation (Transnational AIDS/STD prevention among Migrant Prostitutes in Europe Project) a été fondé en 1993. Son siège est à Amsterdam. Il regroupe des associations provenant de 24 pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Slovaquie, Suisse, Ukraine) avec l’idée que la grande mobilité de ces femmes et transgenres implique une coopération entre les différents pays où elles travaillent ou d’où elles viennent (principalement l’Europe centrale et orientale, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique Latine). En plus des activités politiques et de lutte pour les droits de ces femmes, le projet a pour objectif d’observer la situation et les besoins concrets de ces travailleuses du sexe en partageant ces connaissances entre les associations membres. Un troisième objectif est de développer, pour ces migrants, des stratégies de prévention du sida et des Infections Sexuellement Transmissibles (IST ou MST). Le travail de prévention repose sur des « peer educators » : des médiateurs de la même culture que les travailleurs du sexe et capables de décoder leurs non-dits. Les matériaux d’information publiés par le réseau s’appuient sur ce travail.

En dehors du contexte associatif, un «Prostitution Information Center» est situé en plein « Quartier rouge ». Les documents qui s’y trouvent n’ont pas spécialement trait au sida mais traitent de façon plus générale de santé. Certains de ces documents sont destinés aux touristes. D’autres documents sont disposés sur un rayon avec la mention : « réservé aux travailleuses du sexe ». Ce sont des petites brochures d’information comme la brochure en anglais : « Sex work in Amsterdam ».

Les usagers de drogues : C’est en particulier aux Pays-Bas qu’a été développée la notion de réduction des risques en matière d’usage de drogues. L’association Stichting Mainline date de 1990 et son public cible est les usagers de drogues. L’activité d’échange de seringues sur le terrain a débuté en 1994. Depuis 1999, l’association travaille également au niveau international (Russie en collaboration avec Médecins sans Frontières, Ukraine (Odessa) et Asie). L’association-est réputée pour avoir été une des pionnières de l’approche de réduction des risques. Elle se présente.ainsi sur son site web :  « Mainline travaille à améliorer la santé et la qualité de vie des usagers de drogue. Elle met l’accent sur la prévention des maladies infectieuses liées à la drogue comme le VIH et les hépatites B et C , et aussi elle aide les usagers de drogue déjà contaminés. »

“Gedeelde smart” [Douleur partagée] – Affiche produite par la fondation Mainline (cliquez sur ce lien pour accéder à ce document qui fait partie de la collection du Mucem)

Une autre association : Stichting de Regenboog (The Rainbow foundation) est fondée sur les mêmes principes de réduction des risques. Elle existe depuis 1975. Elle a un programme d’échange de seringues et de soutien pour les usagers de drogues malades, avec trois « drop-in centers » où les personnes peuvent venir passer un moment. Par ailleurs sept « user rooms » permettent de venir s’injecter ses produits, sous certaines conditions.

Création de la Fondation Aids-fonds  en 1986 à La Haye ; vlnr: Geertsema van den Berg (président.) en Blog (dermatologue) – Photographe : Croes, Rob C. / Anefo – Nationaal Archief, CC0

Réseaux internationaux

Il a noté précédemment que les associations des Pays-Bas fonctionnent en réseau avec d’autres pays européens, leur siège étant à Amsterdam. C’est le cas de IHLIA Homodock-Lesbisch Archief Amsterdam. Il s’agit des Archives Gay et Lesbiennes. Ce n’est donc pas directement un mouvement de lutte contre le sida ni d’ailleurs de défense des droits des homosexuels. Ihlia Homodock est un Centre de documentation qui organise aussi des expositions, des festivals de films gay et lesbiens.

Nous avons aussi noté des organismes dont Amsterdam est en quelque sorte la tête de réseau ; C’est le cas du Global Network of People living with HIV/Aids, de European Network for Male Prostitution ou de TAMPEP International Foundation qui agissent dans le cadre de programmes européens. D’autres organismes sont centrés sur des questions de développement et de mondialisation. Figurent souvent dans leur programme des questions concernant le sida. C’est le cas de plusieurs institutions. L’Institut Royal des Tropiques (K.I.T.) à Amsterdam est un centre indépendant de compétences et de services dans le domaine de la coopération interculturelle et internationale. Ses objectifs sont de contribuer au développement durable, à la lutte contre la pauvreté, à la sauvegarde des cultures et aux échanges interculturels, et, aux Pays-Bas, de stimuler l’attention du grand public sur ces sujets et de faire croître le soutien qui leur est accordé. Une branche de l’Institut est concernée par les questions de genre, de santé sexuelle des femmes et publie la revue : Sexual Health Exchange.

L’association HIVOS(Humanist Institute for Co-operation with Developing Countries) s’occupe de façon générale de questions de Droit de l’homme et de coopération internationale Elle pose, entre autres, la question de l’accès aux traitements.

À l’intérieur du Netherlands Institute for Health Promotion and Disease Prevention (NIGZ) s’est créé un réseau européen Aids and Mobility dont une des activités est de publier la revue : « A &M News ». Il organise régulièrement des séminaires et des rencontres concernant plutôt des professionnels.

L’International Antiviral Therapy Evaluation Center (I.A.T.E.C.), créé en 1999, est un centre composé d’experts biologistes, médecins, qui associent la recherche clinique et scientifique autour des essais thérapeutiques relatifs au sida. Le centre édite une revue : I.A.T.E.C. Update, dont les articles concernent plutôt les questions de l’accès aux traitements dans les pays pauvres

Existe-t-il une différence entre la France et les pays d’Europe du Nord en termes de prévention du VIH/SIDA ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : D’une part, rappelons que la collecte est chronologique (2002- 2006). Nous n’avons pas les matériaux pour faire cette comparaison à l’heure actuelle. Les objets et documents de la collecte devraient permettre cette comparaison non seulement avec la France, mais avec les autres pays de l’Europe et de la Méditerranée. La collecte avait au départ des intentions comparatives qui pour le moment n’ont pas été prises en compte. Ce que l’on peut répéter, de façon sommaire, à la lecture des données ci-dessus, c’est :

  • l’importance en matière de prévention de la notion de réduction des risques, qui au départ, a été très développée aux Pays-Bas ;
  • l’importance de la notion de santé sexuelle globale, intégrée dans celle de santé globale ;
  • l’importance de la prévention ciblée avec des réflexions méthodologiques particulières ;
  • l’importance attachée à la coopération internationale.

Quel pourrait être le devenir de ces collections ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : Les collections sont maintenant au Mucem. Ce n’est plus à nous qu’il appartient d’en déterminer le devenir. Notre grand souhait serait que ces collectes soient ouvertes au public, et notamment à ceux qui les ont donnés, ce qui n’est pas tout à fait le cas actuellement. Ce serait en grande partie à eux d’en faire l’analyse. Il y a aussi un gros travail à faire pour la mise à disposition sur le site du musée (descriptions à vérifier et compléter, index à réaliser).

De nouvelles collectes seraient-elles nécessaires ? Où en est-on avec cette maladie aujourd’hui ?

Françoise Loux et Stéphane Abriol : Là encore il ne nous appartient pas de donner notre avis. Nos souhaits seraient d’une part de compléter les années manquantes avant et après la collecte et d’autre part d’établir un système de veille pour les évènements marquants des années à venir.

***

© Shanti SOURIANT/IPBS/CNRS Photothèque. “Macrophages humains infectés par le VIH, marqués en immunofluorescence. Cette image été réalisée dans le cadre de recherches menées par le laboratoire IPBS sur l’évolution de l’infection par le VIH et les mécanismes expliquant l’aggravation de cette infection induite par la tuberculose”.

Nous avons vu qu’Amsterdam est à la pointe de la sensibilisation du grand public à cette maladie. Signalons également Micropia, un fabuleux musée  spécialisé dans les microbes où le VIH y est exposé et observable au microscope.  Le Tropenmuseum [Musée des Tropiques], également à Amsterdam, a acquis en 2016 le bloc des noms n° 25 et possède également une collection intéressante de marionnettes du Togo (par exemple la marionnette d’un “pénis sur patte”) utilisées lors de représentations pour sensibiliser le public au danger du SIDA. Toujours à Amsterdam, une passionnante exposition sur le SIDA s’est tenue en 2018 aux Archives municipales d’Amsterdam à l’occasion de la manifestation AIDS 2018. Enfin, un monument, le “HIV/Aidsmonument“, représentant un boulier géant, installé à proximité de la Gare centrale, symbolise le temps nécessaire avant de pouvoir définitivement guérir cette maladie. Il  constitue aussi un lieu de mémoire aux morts du SIDA et un témoignage de solidarité à celles et ceux (malades, chercheurs, soignants, bénévoles) qui luttent toujours contre cette maladie.

À l’avenir, une exposition consacrée aux chercheuses et chercheurs qui consacrent leur vie professionnelle à la recherche de remèdes pour lutter contre le SIDA, et qui eux-aussi font partie de cette histoire sociale, pourrait donner une perspective encourageante quant aux progrès réalisés et à venir. La banque de données de CNRS Images, est à ce titre une mine d’or. Il serait très intéressant d’étudier ce fonds d’un point de vue muséologique afin, d’une part, de faire découvrir le quotidien professionnel de ces scientifiques et, d’autre part, d’améliorer les connaissances du grand public en matière de virus pour parvenir peut-être à désamorcer certains fantasmes persistants et à le plonger dans une réalité qui pourrait faire naître des vocations, d’autant plus que nous sommes loin d’être débarrassés des virus. Certaines images, bien qu’inquiétante, sont aussi d’une grande beauté. Ainsi, celles présentées dans cet article ont été prises au sein du laboratoire de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale de Toulouse (IPBS/CNRS/Université Toulouse III Paul-Sabatier) à la pointe de la recherche sur la tuberculose et qui a démontré pourquoi le Sida se multiplie plus vite chez les personnes tuberculeuses.

La muséologie se doit de s’emparer toujours plus de ce monde des virus comme l’a très bien compris également le musée Boerhaave à Leyde qui a organisé une passionnante exposition intitulée Besmet ! [Contaminé !]

Pour aller plus loin, je vous invite à consulter cet excellent article consacré à la mise en exposition des virus, à lire sur le site de France Culture : Mettre l’épidémie au musée.

© Shanti SOURIANT/IPBS/CNRS Photothèque. “Macrophages humains infectés par le VIH et par “Mycobacterium tuberculosis”, l’agent responsable de la tuberculose. Ces macrophages sont marqués en immunofluorescence et observés au microscope en fluorescence. Le VIH est marqué en rouge, tous les macrophages en vert et leurs noyaux en bleu. Les macrophages, cellules de l’immunité, sont d’abord extraits du sang de donneurs sains. Ils sont ensuite mis en culture puis co-infectés par le VIH et “Mycobacterium tuberculosis”. Les cellules infectées sont visualisées par marquage, avec des anticorps fluorescents qui reconnaissent spécifiquement le VIH. Ces expériences d’immunofluorescence servent à suivre l’évolution de l’infection par le VIH et comprendre les mécanismes expliquant l’aggravation de cette infection induite par la tuberculose. UMR5089 INSTITUT de PHARMACOLOGIE et de BIOLOGIE STRUCTURALE 20160115_0001″

Tous droits réservés – ISSN 2967-8455

Bibliographie

VIH/Sida : L’épidémie n’est pas finie, 2021, Editions Anamosa. Livre-catalogue de l’exposition du Mucem coordonné par Stéphane Abriol, Christophe Broqua, Renaud Chantraine, Caroline Chenu, Vincent Douris, Françoise Loux, Florent Molle et Sandrine Musso.

 Stéphane Abriol,  “Art et mémoire : des mémoriaux pour les victimes du sida”, Ethnologie Française, janvier-mars 1998, n°1, pp 127-133.

Christophe Broqua et Françoise Loux (dir.), Sida : deuil, mémoire, nouveaux rituels, n° spécial de la revue Ethnologie Française, janvier-mars 1998, n°1, 155 pp.

Florent Molle, « Construire une exposition sur l’histoire sociale du VIH-sida au Mucem »La Lettre de l’OCIM [En ligne], 183 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 février 2022. URL : http://journals.openedition.org/ocim/2473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ocim.2473

Le blog du MucemLab – Les objets du VIH-SIDA

Leontine Meijer-van Mensch and Annemarie de Wildt, “Aids Memorial Quilts. From mourning and activism to heritage”

 

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Beaufils (14 février 2022). Collectionner et exposer des objets néerlandais liés à l’histoire sociale du VIH/SIDA. Patrimoine Nord-Nord-Ouest. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/se3u


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.